Les faux seconds

j’ai toujours aimé encourager les outsiders contre les favoris. On attribuait à certains outsiders le  qualificatif de « second » en les comparant au leader de sa discipline. Raymond Poulidor, qu’un journaliste a même surnommé « l’éternel second », manquait sûrement un peu d’ambition et n’a gagné qu’un grand Tour et quelques classiques. Même s’il a eu une carrière exceptionnelle et est le seul à avoir battu le meilleur Anquetil et le meilleur Merckx !

Mais d’autres sont considérés à tort comme des « seconds » alors qu’ils étaient les meilleurs.

Guy Périllat, fut le meilleur skieur des années 60. C’est au combiné et en slalom géant qu’il fut sacré champion du monde mais c’est dans les épreuves de vitesse qu’il domina le monde du ski en gagnant  les 5 grandes classiques en descente en 1961. L'Equipe_janv_1961_GP_n°1[1]Il régna ensuite sur le slalom mondial pendant 7 ans en restant un skieur complet. Malheureusement il ne gagna pas le titre olympique qui l’aurait consacré. Il termina 2e de la descente des Jeux de Grenoble derrière Jean-Claude Killy et ce fut ce dernier (qui ne domina pourtant le ski mondial que pendant 3 ans) qui est considéré comme le meilleur de ces années-là, et même par certains comme le meilleur skieur de tous les temps alors que cette distinction devrait revenir à Marc Girardelli qui gagna 5 gros globes entre 1985 et 1993 en gagnant dans toutes les disciplines. Marcel Hirscher qui n’a jamais gagné de descente de coupe du monde ne l’a pas rejoint.

Philippe Riboud, a dominé à l’épée les années 80 et le monde de l’escrime aurait aimé qu’il gagne l’or individuel en 1988. Il fut pourtant battu d’une touche en finale. Et malgré ses 8 médailles olympiques dont 2 en or et ses 2 titres de champion du monde en individuel, il n’est pas reconnu à sa juste valeur car il lui a manqué le graal olympique en individuel. Il était le meilleur mais en France certains pensent que c’était Boisse, car il fut champion olympique en 1984.

En athlétisme, dans les années soixante, Claude Piquemal était pour l’opinion le « second » de Jocelyn Delecour au sein du relais 4×100 français qui dominait l’Europe. La finale des championnats d’Europe du 100 mètres à Belgrade en 1962 où il domina son rival fut pour beaucoup une surprise.  Michel Jazy n’est pas le meilleur athlète de tous les temps mais certainement le meilleur coureur de demi-fond des années 60 et peut-être le meilleur tout court ! Mais il n’a pas obtenu le titre olympique qu’il méritait ! Ce qui l’empêche d’être reconnu comme il se doit.

De même,  Ken Rosewall, sûrement le plus grand joueur de tennis de tous les temps – lire ici – n’est pas reconnu par tous car il n’a jamais gagné le simple de Wimbledon. Il est plutôt considéré comme un « second » alors que Rod Laver lui-même affirme que Rosewall est le joueur le plus sous-estimé de l’histoire du tennis.

Méfions-nous : « second » peut-être une appellation mensongère !

Cet article a été publié dans soif de jouer. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s