Témoignages

Jairo Velasco-Ramirez – 2022

Joueur espagnol droitier, né à Bogota en 1947, a signé son premier exploit en battant à Rome en 1972 Jimmy Connors, alors déjà aux alentours de la 10ème place mondiale (le classement ATP n’existait pas encore). Sa dernière grande performance fut l’élimination de Peter McNamara (n°10 ATP) à Aix en Provence en 1982 qui lui a permis d’accéder à son meilleur niveau, n°46 ATP, à l’âge de 35 ans.

Après une dizaine d’années comme entraîneur, il commence à jouer sur le circuit senior,  remporte son premier titre mondial en simple chez les 45 ans en 1994 à Buenos-Aires puis deux autres en suivant.  Une prothèse à la hanche droite, puis une autre à la jambe gauche ne l’empêchent pas de gagner des titres avec l’équipe d’Espagne mais ont limité ses performances en simple. Un meilleur physique et une nouvelle raquette le ramènent au plus haut niveau  chez lui, à Majorque où il signe un triplé aux championnats du monde 2021.

Quand il revient sur sa carrière il avoue que le tennis lui a tout donné et, qu’en retour, il a construit sa vie autour de ce jeu. Son toucher exceptionnel qui lui permet d’utiliser à merveille lob et amorti est mis en valeur par une paire de jambes exceptionnelles. Ce sont ces mêmes qualités qu’il avait à 25 ans et qu’il a toujours à 75. En revanche sur le plan tactique, il a beaucoup évolué. Il est passé d’un profil de défenseur acharné à celui d’attaquant joueur.

Il est heureux sur le Senior Masters Tour où il retrouve des amis, prends le temps de partager un verre avec eux et de visiter les pays où il passe. Ce qu’il n’avait pas le temps de faire quand il était sur le circuit ATP, devant enchaîner les compétitions pour gagner sa vie. En 18 ans de carrière pro, il a gagné beaucoup moins d’argent que son fils (qui ne jouait quasiment qu’en double), 20 ans après, en beaucoup moins de temps ! Sur le Senior Masters Tour, son niveau et sa gentillesse font qu’il est souvent invité.

Roger Taylor – 2018

Roger Taylor jeuneJoueur anglais gaucher, né en 1941, a battu les meilleurs joueurs mondiaux parmi lesquels Rod Laver en 1970 à Wimbledon, mettant ainsi fin à une série de 31 victoires consécutives du n°1 mondial dans le temple du tennis. Après sa carrière, il devint capitaine de Coupe Davis. 

Il joue maintenant sur le circuit senior où il a atteint la 10ème place mondiale en 2016 bien qu’obligé de servir de la main droite depuis une blessure au biceps gauche.

Roger Taylor VP 2018 revers

En 2018, il a joué le tournoi de Bordeaux à la Villa Primrose où il a donné une interview au journal Sud-Ouest. Il y relate notamment sa victoire contre Bjorn Borg à Wimbledon en 1973. Ne ratez pas ça !


Mark Cox – 2017

Joueur anglais, gaucher né en 1943, a atteint 3 fois les huitièmes de finale du simple de Wimbledon. Il fait partie, comme Roger Taylor ou Tim Henman des joueurs que l’Angleterre rêvait de voir succéder à Fred Perry comme dernier vainqueur du « Championship » avant qu’Andy Murray y parvienne en 2013.

Mark CoxAu cours de sa carrière, il a battu de nombreux numéros 1 du tennis comme Ken Rosewall, Lewis Hoad, Rod Laver, Roy Emerson, Jimmy Connors, Bjorn Borg, John Newcombe, ou Ivan Lendl. Il reste le premier amateur à avoir battu un professionnel, Pancho Gonzales, au tournoi de Bournemouth en 1968.

Il est fier d’avoir pu parfois traiter d’égal à égal avec les meilleurs de son sport. Mais pour lui, il n’était pas question de fortune, de renommée ou d’exposition de ses trophées mais simplement d’amour du sport et de la compétition.

Il est depuis plus de 10 ans sur le circuit senior et déclare : « c’est un miracle de voir tous ces gens courir dans tous les coins du court, se défiant eux-mêmes, prolongeant leur vie en prenant un sacré bon temps. Le tennis m’a accompagné toute ma vie. Nous sommes bénis de pouvoir vivre notre passion et de le faire plutôt bien. Nous avons beaucoup de chance ! »

Read in english : A tennis life well lived

—————-

Peter Pokorny2019 : lisez Tennis is my life

peter pokorny à VP 2017Joueur autrichien, gaucher né en 1940, il a joué 14 rencontres de Coupe Davis. Il joue sur le circuit senior depuis les années 90. Il s’y est forgé un très beau palmarès avec 27 titres mondiaux individuels.


Michel Charlemagne – 1995

Il n’est pas nécessaire d’avoir été un champion pour prendre du plaisir en participant à des compétitions seniors.

Joueur de club français, droitier, né en 1932, Michel Charlemagne adore le tennis. Il fut aussi champion du monde de scrabble et a beaucoup réfléchi à la manière d’aborder le tennis quand on est senior.  Il l’explique avec beaucoup d’humour :

« Vos tempes ont blanchi et vos adversaires au lieu de se battre tout seuls comme naguère, ont tendance, dès le premier échange, à vous distiller un amorti suivi d’un lob. Il faut faire quelque chose.

Commencez par refuser de jouer ailleurs que sur terre battue. Si votre région organise son championnat annuel sur dur, boycottez, protestez et menacez. Puis échangez votre raquette en composite aussi tendue que l’arc d’Ulysse contre un tamis géant. Faites-la tendre à 15 kilos. Vous aurez troqué ainsi votre planche contre une fronde. N’ayant pu être le Mike Tyson du tennis, vous en serez le David. Maintenant opérez une révolution copernicienne dans votre conception du jeu. Installez-vous un mètre devant la ligne de fond. Votre écumoire vous permettra de jouer long sans effort. Vous qui avez toujours joué au garde-à-vous, vous devrez enfin plier les jambes et effectuer force volées et demi-volées sans compter de nombreux coups de raccroc. Si on vous joue long et dans les angles, dites bravo et passez au point suivant.

Votre nouveau style de jeu vous fera gagner dix ans sur l’époque où, reconverti au golf, vous oscillerez entre la frappe de mottes et l’airshot.

King van Nostrand (Etats-Unis) – 2022

En 2022, à 87 ans, King Van Nostrand a gagné son 47ème titre mondial chez les Seniors. Il pense avoir la même envie de gagner un tournoi que Rafael Nadal : « Les principaux plaisirs du Senior Masters Tour que sont les voyages, la camaraderie, la compétition et la célébration de la victoire sont les mêmes que sur le circuit professionnel. La principale différence vient sans doute du bénéfice santé. Indéniable chez les Seniors, on se demande si quelques pros ne s’abîment pas le corps en lui demandant toujours plus ».

John Shannon (Irlande) – 2021

« A partir de 35 ans, j’ai dû abandonner le football gaélique pour un sport moins violent. Je suis devenu joueur de tennis et suis tombé amoureux de ce sport instantanément. J’ai lu quelque part que celui qui pratique le tennis a une bonne chance de vivre 10 ans plus vieux que n’importe qui. Pourquoi s’en priver ? »

—————

Envoyez-nous votre témoignage sur la compétition chez les seniors